En quelques chiffres : la prise en charge du cancer du poumon

CP266La mortalité après chirurgie pour un cancer bronchique est double dans les centres qui opèrent moins de 10 cas par an. Le KCE plaide en faveur d’une plus grande centralisation de la chirurgie de ce cancer.

  • La moitié des hôpitaux belges opèrent moins de 10 cancers bronchiques par an. Seuls 9 hôpitaux ont un volume ≥ 40 opérations par an.
Hospital_of_surgery
  • Dans les hôpitaux qui opèrent moins de 10 cas par an, la mortalité à 60 jours est supérieure à 6% alors qu’elle n’est que d’environ 3% dans les hôpitaux qui opèrent plus de 10 cas par an

Le KCE plaide donc pour une plus grande centralisation de la chirurgie du cancer bronchique, une nécessité reconnue au niveau international, désormais confirmée par des données belges.
(NB : la chirurgie n’est une option de traitement que pour une minorité de patients, vu que plus de la moitié est diagnostiqué en stade métastatique).

  • Le KCE a développé 23 indicateurs de qualité pour le diagnostic et le traitement du cancer bronchique (8000 cas par an en Belgique) dans le cadre du programme global d’amélioration de la qualité des soins oncologiques mené en collaboration avec le Registre du Cancer et le Collège d’oncologie.

Un système en plusieurs étapes pour améliorer la qualité de la prise en charge du cancer en Belgique

 systeme_de_qualite_integratifsearch-icon

-  élaboration et rédaction par le KCE et le Collège d’Oncologie de recommandations de bonne pratique clinique (guidelines) pour un type de cancer donné, à partir de la littérature scientifique internationale ; 

mise en œuvre des recommandations sur le terrain ;

-  sur la base de ces recommandations, définition par le KCE des indicateurs de qualité les plus pertinents pour évaluer la qualité de la prise en charge du cancer en question ;

-  feedback : pour chaque indicateur, le Registre du Cancer analyse les résultats pour l’ensemble du pays et par hôpital, sur base des données de plusieurs années consécutives (2010-2011 dans le cas de l’étude sur le cancer du poumon). Le Registre du Cancer renvoie ensuite à tous les hôpitaux un feedback individualisé, où leurs résultats  sont comparés (de façon anonyme) à ceux de l’ensemble des hôpitaux belges, pour leur permettre de situer leurs pratiques, d’identifier leurs forces et de constater leurs lacunes (benchmarking) ;

- adoption de mesures correctives par les hôpitaux en vue d’améliorer la qualité de leurs soins. 

Idéalement, ce processus cyclique devrait se faire en continu, avec l’adaptation régulière des recommandations cliniques aux données scientifiques les plus récentes. 

 

Autres liens
PERSONNE DE CONTACT
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL
Published on: 
2018/11/20