COVID-19 : contributions du KCE

Le KCE a mis son expertise à la disposition de ses collègues des institutions publiques engagés dans la gestion de la crise COVID-19.

Revues de littérature :

Revue rapide de la littérature afin d’établir une liste complète des procédures médicales générant des aérosols (gouttelettes contaminantes) et identification de celles qui comportent le plus grand risque de transmission d'un agent pathogène respiratoire. Ce document est une contribution à la priorisation de l’attribution des masques aux professionnels de santé les plus exposés.

  • Thrombo-prophylaxie 
    (demande du Conseil supérieur de la Santé et de l’Agence Fédérale du Médicament et des Produits de Santé – avril-mai 2020)

Le COVID-19 augmente le risque de problèmes thromboemboliques, tant dans la circulation veineuse qu'artérielle, ce qui accroît considérablement le risque de décès.

Le 7 avril, Sciensano a recommandé de remplacer le traitement par anticoagulants oraux chez les patients hospitalisés (avant leur admission) par une héparine curative de faible poids moléculaire. Ce changement est justifié par les interactions médicamenteuses possibles et les difficultés à ajuster la dose des anticoagulants oraux. En outre, la Société belge de thrombose et d'hémostase (BSTH) avait publié des algorithmes pour les patients positifs au COVID-19 à l'hôpital (en soins intensifs ou autres) et pour les patients ambulatoires. 

Comme les preuves scientifiques évoluent constamment, nous avons effectué une rapide revue de la littérature pour compléter celle déjà réalisée. Cette recherche confirme que les algorithmes de la BSTH sont conformes aux recommandations internationales mais souligne que des directives pour les femmes enceintes et les femmes en phase post-partum font encore défaut. En conséquence, la BSTH a lancé en urgence un processus de consultation pour actualiser les algorithmes disponibles en les complétant par des informations de base et des recommandations pour les femmes enceintes et les femmes en phase post-partum. 

Le KCE a procédé à une revue rapide de la littérature pour déterminer la sensibilité des enfants au coronavirus et le rôle qu'ils jouent dans sa transmission. Il semble qu'il y ait encore beaucoup d'incertitudes à ce sujet. Il est donc difficile d'évaluer les risques pour la santé publique lors de la réouverture des écoles. Un traçage des contacts est actuellement déployé dans tout le pays afin d'identifier le plus rapidement possible les (éventuels) cas d'infection. Toutefois, lorsque plusieurs infections à coronavirus surviennent dans des écoles, les ‘équipes de traçage’ doivent également pouvoir cerner le rôle des élèves dans la contamination. Cette analyse de la littérature fournit les informations scientifiques nécessaires de toute urgence sur le risque d'infection chez les enfants en âge scolaire.

Il est par ailleurs recommandé de mener des études épidémiologiques décrivant l'évolution de l’infection par coronavirus chez les enfants. Enfin, il est nécessaire de surveiller l’évolution de l'immunité chez les enfants en réalisant des analyses sanguines répétées chez un plus grand nombre d'enfants. 

Le testing et le tracing sont des éléments clés pour l’identification des cas de COVID-19 et de leurs contacts afin de stopper sa transmission. Ils permettent également de détecter précocement les cas asymptomatiques et légèrement symptomatiques. Ensemble, ces deux interventions constituent une stratégie de contrôle précoce de l'épidémie et de prévention de sa résurgence.

Le 10 juin, alors que le nombre de nouvelles hospitalisations liées au COVID-19 était en baisse, de nouveaux cas ont été confirmés, indiquant que la transmission était toujours active au sein de certains groupes en Belgique. Le Risk Management Group a alors demandé d'analyser ce qui pouvait être retenu des stratégies mises en place à l’étranger, en vue de se préparer à une éventuelle deuxième vague de COVID-19. Ce projet offre un aperçu comparatif structuré des stratégies de tracing et de testing des contacts en Belgique, au Danemark, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas. Il résume les politiques adoptées dans ces pays et leurs mises en œuvre afin de fournir des conseils rationnels fondés sur l'expérience internationale au RMG et aux autorités sanitaires internationales.

  • Participation à un groupe de travail ad hoc sur une stratégie de vaccination contre le Covid-19 
    (demande du Risk Management Group  – mai 2020)

L’objectif de ce groupe de travail (qui fait partie du groupe Vaccination du Conseil Supérieur de la Santé) était d’émettre un avis sur la stratégie de vaccination à adopter contre le COVID-19 en Belgique, et plus particulièrement à fournir aux décideurs politiques des recommandations spécifiques sur les groupes à risque et les groupes prioritaires, ainsi qu’une estimation du nombre de doses de vaccin à prévoir si un vaccin contre COVID-19 devient disponible. Ce travail a été demandé par le président du Risk Management Group (RMG). L’avis « Stratégie de vaccination contre le COVID-19 en Belgique », envoyé aux autorités belges le 3 juillet 2020, a été rendu public (communiqué de presse) et est disponible via ce lien.

Essais cliniques :

Le programme KCE Trials permet de réaliser des essais cliniques non commerciaux sur des sujets qui ne sont généralement pas abordés par l’industrie mais qui répondent pourtant à des questions essentielles pour les praticiens de terrain. 
Dans le contexte de la crise du COVID-19, KCE Trials a été chargé de coordonner et de financer les essais cliniques mis en place par les chercheurs des hôpitaux pour tester en toute urgence de nouvelles approches de traitement. 

  • L’étude COV-AID porte sur l’utilisation de différentes combinaisons de médicaments bloquant les interleukines 1 et 6 – généralement utilisés dans la polyarthrite rhumatoïde – pour prévenir le choc cytokinique chez les patients en détresse respiratoire. Cette étude lancée à l’initiative de l’UZ Gent recrute 342 patients dans 16 hôpitaux en Belgique. 
  • L’étude DAWN-plasma qui teste l’efficacité et la sécurité de l’administration de plasma de patients guéris du COVID-19 à des patients malades. Cette étude est une collaboration entre des hôpitaux universitaires et non universitaires du pays, dont la coordination est assurée par l'UZ Leuven. 
  • L’étude CONFIDENT teste également l’efficacité de l’administration de plasma de convalescents, mais plus spécifiquement chez des patients placés sous respirateur. L’étude implique 16 hôpitaux belges et est coordonnée par le CHU de Liège.
  • L’étude DisCoVeRy, menée sur plusieurs site en Europe par l’INSERM (France), compare l’efficacité de différents traitements à celle des soins standard chez des patients hospitalisés nécessitant une assistance respiratoire (3200 patients en Europe, dont 150 en Belgique). Les hôpitaux belges participants sont l’Hôpital Erasme (ULB), le CHR Liège Citadelle et les Cliniques universitaires Saint-Luc (UCL).
     

Collaborations internationales

Le KCE est le correspondant belge de l’Observatoire européen des systèmes et politiques de santé, dépendant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). À ce titre, il a été chargé, en avril 2020, de fournir les informations de la page belge de la plateforme internationale mise en place pour analyser les réponses apportées par chaque pays à l’épidémie :

https://www.covid19healthsystem.org/countries/belgium/countrypage.aspx

Chaque pays répond à une série de questions destinées à cerner les mesures prises par les différents systèmes de santé. 

Le KCE fait partie du réseau européen d'évaluation des technologies de la santé EUnetHTA. Dans le cadre de la pandémie de COVID-19, ce réseau a lancé des Rolling Collaborative Reviews (RCR) afin de fournir rapidement aux autorités de santé des informations scientifiquement fiables sur l'efficacité comparative de 15 traitements actuellement utilisés contre ce virus. La première série de synthèses a été publiée en août 2020 ; elles seront remises à jour tous les mois. Le KCE couvre les médicaments génériques camostat et nafamostat.

Contact
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL
Published on: 
2020/07/01