Une recommandation nationale de bonne pratique pour la prise en charge du cancer du pancréas

  • Fevrier 16, 2009

Le Collège d’Oncologie, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) et le SPF Santé Publique développent ensemble depuis plusieurs années des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge des patients atteints d’un cancer. Après le cancer colorectal, le cancer de l’œsophage et de l’estomac et le cancer du sein, c’est maintenant au tour du cancer du pancréas. Les chances de survie des patients atteints de ce cancer sont minimes, ce qui justifie l’attention particulière accordée aux soins palliatifs, à la prise en charge de la douleur et au support nutritionnel des patients.

Le pronostic du cancer du pancréas reste à ce jour très sombre. Pour la majorité des patients, la tumeur n’est pas opérable, et la prise en charge palliative est la seule option envisageable. Seuls 5% des patients survivent au-delà de 5 ans.

En synthétisant l’ensemble de la littérature scientifique, les recommandations de bonne pratique visent à améliorer la qualité de la prise en charge des patients atteints d’un cancer du pancréas. Elles fournissent aux praticiens une aide à la décision facilement utilisable et actualisée, sans pour autant porter atteinte à leur autonomie professionnelle.

Pour le développement de ces recommandations de bonne pratique, le Collège d’Oncologie a décidé cette fois encore de faire appel au soutien scientifique du KCE. Un large panel d’experts a contribué à en alimenter le contenu.

Ces recommandations portent sur l’ensemble du parcours des patients atteints du cancer du pancréas, incluant le diagnostic, le traitement, le suivi et les soins palliatifs. Le diagnostic repose sur la combinaison de l’examen clinique, d’un scanner diagnostique de l’abdomen et, éventuellement, d’une écho-endoscopie, examen consistant à introduire un tube flexible dans l’organe examiné.

Pour le traitement du cancer, la chirurgie – si elle est envisageable – reste la seule option pour atteindre la guérison. Les patients chez qui la tumeur ne peut être opérée se verront proposer une chimiothérapie, éventuellement couplée à une radiothérapie. Chez ces patients, on préconise un traitement palliatif et symptomatique optimal comprenant conseils en nutrition et gestion de la douleur en vue de préserver la qualité de vie des patients. Un soutien psychologique spécifique doit être proposé aux patients.

Comme pour les recommandations précédentes, la présente recommandation servira d’assise au développement d’indicateurs de qualité. De cette façon, la mise en application de cette recommandation peut faire l’objet d’un suivi. La qualité des soins aux patients cancéreux est un thème crucial dans le Plan National Cancer, et constitue d’ailleurs le sujet d’un projet KCE en cours, dont les résultats sont attendus à la fin de cette année. 

Cette recommandation peut être consultée sur le site WEB du KCE (www.kce.fgov.be) et sur le site du Collège d’Oncologie (www.college-oncologie-richtlijnen.be).

AUTRES LIENS
Personne de contact
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL