Nouveaux traitements des varices: les patients plus vite sur pied

  • octobre 4, 2011

L’opération classique des varices au niveau des jambes est appelée « stripping » mais aujourd’hui, de nouveaux traitements moins invasifs sont également proposés. Un cathéter introduit dans la veine détruit celle-ci par une température très élevée (laser, radiofréquence) ou par l’injection d’un produit chimique (sclérothérapie) sous forme de liquide ou de mousse.

Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) a examiné l’efficacité et la sécurité de ces techniques. Elles ne semblent pas moins efficaces que l’opération classique tout en offrant une meilleure qualité de vie au patient. Pour les effets secondaires, peu d’études scientifiques existent actuellement, surtout lors d’injection de mousse dans la veine. Des incertitudes subsistent également quant aux effets à long terme. Le KCE recommande dès lors le remboursement de ces interventions tout en procédant à un enregistrement des patients afin d’analyser les suites de ces nouveaux traitements. Enfin, peu de données existent quant à l’effet des bas élastiques. Les médicaments ne sont quant à eux pas recommandés pour le traitement des varices.

Vous avez dit « varices » ?
Les varices sont des veines gonflées qui apparaissent souvent sous la peau, sous forme d’enflures sinueuses de couleur bleuâtre. Elles sont causées par une altération de la paroi des veines et un mauvais fonctionnement de leurs valves qui en temps normal assurent le retour du sang vers le cœur.

Non seulement les varices ne sont pas d’apparence agréable mais elles peuvent aussi causer des douleurs et gonflements des jambes, en particulier lors de stations debout prolongées. A un stade ultérieur, elles peuvent être sources de complications telles que des inflammations (thrombophlébites) ou des ulcères.

Comment confirmer le diagnostic?
Le KCE recommande pour le diagnostic l’utilisation de l’écho-doppler, une technique qui à l’aide d’ultrasons permet de visualiser les veines et de mesurer le flux sanguin.

Quels traitements sont proposés actuellement ?
Les traitements proposés sont entre autres la perte de poids, la surélévation des jambes, l’évitement de la station debout prolongée, l’exercice physique, le port de bas élastiques (compression), les médicaments. Les chercheurs ont constaté qu’il n’existe aujourd‘hui pas de données scientifiques de qualité pour ces traitements. Seulement pour les bas élastiques, quelques études suggèrent qu’ils puissent soulager les symptômes.

Les varices peuvent aussi être traitées par une opération classique de « stripping » : de petites incisions au niveau de la peau permettent d’enlever la veine qui pose problème.

En outre existent aussi de nouveaux traitements moins invasifs. Un cathéter introduit dans la veine détruit celle-ci par une température très élevée (laser, radiofréquence) ou par l’injection d’un produit chimique (sclérothérapie) sous forme de liquide ou de mousse. Le KCE a examiné l’efficacité et la sécurité de ces techniques, en étudiant la probabilité que les symptômes ou les varices réapparaissent de même que les complications et la qualité de vie du patient.

Nouvelles techniques : même efficacité mais quelques incertitudes
Après quelques mois, les nouvelles techniques ne semblent pas moins efficaces que la chirurgie classique, avec moins de risques de complications suite à l’opération. Par ailleurs la satisfaction et la qualité de vie des patients sont plus élevées qu’après une opération classique. Ils reprennent plus rapidement leurs activités : 2 à 3 jours au lieu d’une dizaine de jours après l’opération classique.

De plus, les nouvelles techniques peuvent être réalisées sous anesthésie locale ou même pour la sclérothérapie sans anesthésie. Dans des situations non complexes, ce traitement pourrait donc être réalisé en pratique ambulatoire, sans hospitalisation.

A mentionner cependant : on ne sait pas actuellement si après quelques années, ces nouvelles techniques sont aussi efficaces que la chirurgie classique. De plus des incertitudes persistent quant à la sécurité de ces techniques, en particulier pour l’injection de mousse.

Remboursement et enregistrement recommandés
Actuellement seules la chirurgie classique et la sclérothérapie sont remboursées par l’assurance-maladie. Le KCE suggère de rembourser les autres techniques également. L’utilisation des nouvelles techniques en milieu ambulatoire sous anesthésie locale pourrait être alors favorisée pour les varices sans complications.

Enfin, le KCE recommande d’enregistrer l’ensemble des patients afin d’analyser les complications graves et la récidive des varices à long terme.

Le rapport est disponible sur le site internet du KCE : Diagnostic et traitement des varices des membres

Autres liens
PERSONNE DE CONTACT
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL