Ma Mère Grand, que vous avez un coûteux appareil auditif !

  • Novembre 3, 2008

Lorsque le Belge, devenu plus âgé, constate que son audition baisse et achète un appareil auditif, il s’oriente souvent vers les modèles les plus chers. Au-delà du montant versé par l’assurance-maladie, il doit payer de sa poche un montant variant entre 500 et 1000 € par appareil auditif. Ce montant est doublé lorsqu’il achète un appareil auditif pour les deux oreilles. Pourtant, de tels appareils auditifs, plus coûteux et plus sophistiqués, n’offrent pour beaucoup de patients aucun avantage particulier. Dans une étude effectuée en collaboration avec l’UCL, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) suggère quelques pistes pour améliorer la situation.

Plus de la moitié des gens âgés de plus de 60 ans, et plus de 80% des plus de 70 ans, font face, d'une façon plus ou moins importante, à une baisse de leur audition. Ce problème peut en partie être solutionné par un appareil auditif.

En Belgique, l’assurance-maladie rembourse environ 500 € pour un appareil auditif à une oreille et environ 950 € pour un appareil auditif aux deux oreilles, ce qui est comparable aux pays voisins. Ce remboursement forfaitaire inclut également les services du vendeur de l’appareil auditif, qui sur prescription du spécialiste ORL conduit une série d’examens auditifs, assure la mise au point de l’appareil et met à disposition de son client un appareil qu’il peut tester durant quelques semaines. Lorsque le patient est satisfait de son appareil, le spécialiste ORL lui donne une prescription, sur base de laquelle le patient peut bénéficier du remboursement.

À l’heure actuelle, environ 700.000 Belges pourraient entrer en ligne de compte pour l’obtention d’un tel remboursement ; ce nombre s’élèvera à 1 million en 2030, selon les estimations du vieillissement de la population.  Par an, seules 25.00 personnes environ achètent un appareil auditif, de sorte que toutes les personnes qui peuvent prétendre à un remboursement n’achètent pas un appareil auditif. Plus de 60% des acquéreurs optent pour un appareil auditif aux deux oreilles.

L’assurance-maladie verse annuellement un montant de 20 millions d’euro pour ces appareils auditifs, soit environ 0,1 % du budget annuel total. En comparaison avec les autres pays européens, les appareils auditifs sont en moyenne plus chers en Belgique, probablement en raison de la trop faible concurrence entre les 6 fabricants et entre les distributeurs individuels. De plus, il apparaît que les patients belges choisissent préférentiellement les appareils les plus coûteux, de plus de 1000 €, soit plus de deux fois le montant du remboursement, alors qu’ils ne retirent aucun avantage particulier de ces appareils plus coûteux. Une raison essentielle de ce choix s’explique par le pourcentage que le vendeur perçoit sur le prix de l’appareil auditif vendu. Il/Elle a donc un intérêt financier à préconiser les appareils les plus chers. Afin d’éviter cela, le KCE recommande de séparer le remboursement des services du vendeur de celui de l’appareil auditif lui-même.

De plus, les patients devraient avoir la possibilité de tester plusieurs appareils auditifs, y compris les moins chers qui n’exigent pas de supplément à payer de leur part. Ils pourraient ainsi choisir au mieux l’appareil qui répond à leur situation financière, leur style de vie et leur souhait de qualité d’audition.

Enfin, le KCE suggère aussi que des marchés publics soient lancés pour faire jouer la concurrence entre les fournisseurs et faire baisser les prix de vente à un niveau comparable à celui des pays voisins.

AUTRES LIENS
Personne de contact
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL