Deux nouveaux vaccins contre les pneumocoques promettent une meilleure protection contre les pneumonies et les méningites

  • mai 30, 2011

En 2007, le vaccin anti-pneumococcique PCV7 a été introduit dans le calendrier vaccinal des enfants en Belgique. En 2009, deux nouveaux vaccins on fait leur entrée sur le marché: le PCV10 et le PCV13. A la demande du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), des chercheurs de l’Université d’Anvers ont évalué ces deux nouveaux vaccins.

Ils estiment que ces vaccins offrent une plus grande protection que le vaccin actuel. Il est donc justifié pour des raisons médicales de remplacer le PCV7 dans le calendrier vaccinal par un des deux nouveaux vaccins. Le choix entre ces deux vaccins dépend de leur prix et des préférences du décideur politique. Si ce dernier a pour objectif de prévenir des maladies plus rares mais plus sévères, le PCV13 est l’option la plus favorable. Si il a plutôt pour objectif de prévenir des pathologies moins graves telles les otites, chez un grand nombre d’enfants, alors le PCV10 remporte la palme. Le KCE recommande de procéder à un appel d’offres afin de faire baisser le prix des nouveaux vaccins. Il recommande en outre de maintenir le schéma actuel de vaccination avec 3 doses, sans administration d’une 4è dose.

Le pneumocoque est une bactérie qui est à l’origine de la plupart des pneumonies et des otites. Cette bactérie est aussi à l’origine de maladies invasives mortelles (les méningites et les septicémies) mais qui se manifestent rarement. Les otites surviennent principalement chez les jeunes enfants alors que les maladies invasives touchent principalement les personnes âgées en plus des jeunes enfants. Il existe plus de 90 sortes de pneumocoque (sérotypes) qui diffèrent entre eux par les pathologies qu’ils peuvent induire. Les vaccins contre le pneumocoque couvrent les sérotypes qui provoquent les maladies les plus graves.

En Belgique, au cours de l’année 2005, on a relevé plus de 1 400 cas de maladies invasives, dont 53 qui ont entraîné un décès. Les médecins généralistes ont aussi rapporté quelque 21 000 cas d’otites et 4 300 pneumonies, dont près de la moitié étaient causés par le pneumocoque. Un vaccin qui couvre 7 sérotypes, le PCV7, a été introduit dans le calendrier vaccinal des enfants en 2007. Près de 80% des enfants en Belgique ont été vaccinés depuis lors.

Malgré la vaccination avec le PCV7, le nombre de cas de maladies invasives n’a baissé que de moitié et, d’après le réseau de médecins généralistes Intego, aucun impact n’a pu être démontré sur les otites et les pneumonies. Ce résultat étonnant pourrait s’expliquer par le fait que les pneumocoques deviennent de plus en plus résistants aux antibiotiques, ou par l’augmentation des sérotypes qui ne sont pas contenus dans le vaccin (ce qu’on appelle le mécanisme du ‘remplacement des sérotypes’). Aux Etats-Unis, la vaccination contre le pneumocoque avait engendré une baisse significative des maladies invasives tant chez les personnes vaccinées que chez les non-vaccinées. Une telle ‘immunité de groupe’ n’a pas pu être documentée en Belgique.

Récemment deux nouveaux vaccins ont été développés: PCV10 et PCV13. Ces vaccins couvrent les 7 sérotypes du vaccin PCV7 ainsi qu’un certain nombre d’autres sérotypes qui sont maintenant responsables d’une grande partie des maladies invasives. Le rapport du KCE a pu démontrer qu’il est justifié, d’un point de vue médical ainsi que d’un point de vue médico-économique, de remplacer le vaccin PCV7 par les vaccins PCV10 ou PCV13. Le choix entre ces deux derniers vaccins n’est pas évident. Il existe encore beaucoup d’incertitude liée à ces vaccins, par exemple en ce qui concerne l’émergence à terme de nouveaux sérotypes ou encore en ce qui concerne l’immunité de groupe. Toutefois, il semble que le PCV10 offre une meilleure protection contre les otites alors que le PCV13 couvre un plus grand nombre de sérotypes responsables des maladies invasives.

Le choix entre les deux vaccins PCV10 et PCV13 dépend donc de la préférence du décideur politique. Si celui-ci préfère éviter des pathologies sévères chez un groupe restreint de patients, le PCV13 est l’option la plus favorable. Si il a plutôt pour objectif de prévenir principalement les otites chez un plus grand nombre d’enfants, alors le PCV10 remporte la palme. En outre, aux prix actuels demandés par les fournisseurs de vaccins, le PCV10 semble préférable. A égalité de prix entre les vaccins, le PCV13 emporte la préférence. Le KCE recommande de procéder à un appel d’offres afin d’obtenir le meilleur prix pour ces nouveaux vaccins.

Le rapport du KCE a aussi pu démontrer qu’un schéma vaccinal comportant 3 doses présente un rapport coût-efficacité plus favorable qu’un schéma vaccinal de 4 doses. Actuellement seul le vaccin PCV13 détient une licence pour les deux schémas vaccinaux.

A l’avenir il faudra suivre l’évolution des mécanismes de remplacement des sérotypes et de l’immunité de groupe afin de réévaluer au besoin et à temps la vaccination anti-pneumococcique.

Le rapport est disponible sur le site internet du KCE: Rapport coût-efficacité des vaccins antipneumococciques conjugués 10-valent et 13-valent chez l’enfant.

AUTRES LIENS
Personne de contact
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL