Horizon scanning : explorer l’horizon des produits pharmaceutiques qui sont dans le pipeline de l’industrie

  • Avril 18, 2017

À la demande de la collaboration BeNeLuxA (voir encadré ci-dessous), le Centre d’Expertise des Soins de santé (KCE) a mené une étude sur les possibilités de mettre sur pied un système d’Horizon Scanning des produits pharmaceutiques commun à la Belgique, aux Pays-Bas, au Grand-Duché de Luxembourg et à l’Autriche.

L’Horizon scanning consiste à scruter (scanning) les médicaments sur le point d’arriver sur le marché, dont l’impact – clinique ou budgétaire – sur le système de santé d’un pays pourrait être important. Un tel système peut être utile pour soutenir les politiques du médicament des pays participants et les aider à identifier les sujets sur lesquels ils pourraient collaborer plus étroitement.

Chaque fois qu’un nouveau médicament arrive sur le marché dans un pays, ce sont plus ou moins les mêmes procédures d’évaluation et de prise de décision qui se déroulent pour la fixation de son prix et de son remboursement. Il était donc logique de se concerter avec nos voisins néerlandais pour voir si nous pouvions mettre en commun certaines étapes de ces procédures. Très vite, le Luxembourg puis l’Autriche ont souhaité rejoindre le club. Des telles collaborations offrent également des avantages en termes d’efficience pour les firmes pharmaceutiques puisqu’elles ne doivent plus produire qu’un seul dossier de demande de remboursement.

L’Horizon scanning permet de passer systématiquement en revue une série de sources d’information afin de détecter des développements et tendances potentiellement importants – en l’occurrence, dans le secteur pharmaceutique. Dans le cadre de la Collaboration BeNeLuxA, le but est d’identifier aussi tôt que possible les produits qui pourraient avoir un impact important sur les plans financier, clinique ou organisationnel pour les systèmes de santé, tant aux niveaux nationaux qu’à l’échelle internationale.

Une unité centrale d’Horizon Scanning

Le KCE propose de mettre en place une unité centrale d’Horizon Scanning commune à tous les pays participants. Cette « cellule » devrait passer en revue une large base de sources d’informations (données des études scientifiques originales, informations sur les produits, littérature scientifique, rapports des autorités régulatrices, presse financière et générale, etc.) et créer une base de données sécurisée, uniquement accessible aux experts en Horizon scanning des quatre pays, pour réunir les   informations ainsi recueillies sur tous les médicaments nouveaux ou dont l’arrivée est prévue dans un intervalle de temps défini. 

À côté des informations publiquement disponibles, la cellule Horizon Scanning devrait pouvoir faire usage d’informations complémentaires fournies par l’industrie pour cerner les développements à venir. Comme l’explique Irina Cleemput, chercheuse au KCE : « les firmes disposent en effet d’informations précises sur les produits bientôt disponibles, les dates prévues pour les lancements ainsi que les marges de prix. Elles peuvent également nous signaler les produits qui ne sont plus pertinents, par exemple parce que la recherche a été stoppée. »

Un signalement précoce grâce à des informations communes

Le KCE formule également des recommandations sur la manière dont la cellule d’Horizon scanning pourrait filtrer ces informations sur la base de critères préalablement définis. Ensuite, un exercice de priorisation permettrait aux quatre pays de se mettre d’accord sur une liste des produits pour lesquels leurs autorités publiques pourraient commencer à collaborer, par exemple en menant des négociations de prix communes. Mais cela livrera aussi des résultats importants pour les pays individuels, notamment les plannings budgétaires et éventuellement l’organisation des soins.

Pharma.be est d’accord, à certaines conditions

L’Association générale belge de l’Industrie du Médicament, Pharma.be, s’est déjà déclarée prête à collaborer à cet Horizon Scanning commun, mais à certaines conditions. Il faudra notamment que les informations non-publiques restent confidentielles. Leur participation au système d’Horizon Scanning ne doit pas non plus interférer avec les procédures existantes, ni leur imposer des obligations. Enfin, le système ne doit pas donner lieu à la création d’un budget distinct pour les nouveaux médicaments et toutes les entreprises doivent avoir l’occasion d’y participer.

Des recherches basées sur des comparaisons internationales et la prise en compte des stakeholders

Pour développer ces recommandations en vue d’un système d’Horizon Scanning commun, le KCE a comparé huit systèmes déjà existants dans d’autres pays et interrogé différents stakeholders des pays participants (représentants des ministres de la santé et experts nationaux en Horizon Scanning) pour identifier leurs besoins par rapport à ce système commun. 

La ‘Collaboration BeNeLuxA’: unir nos forces

En 2016, les gouvernements belge, néerlandais, luxembourgeois et autrichien ont annoncé leur volonté de collaborer en matière de politique du médicament. Plus précisément, ils ont décidé d’unir leurs forces au sujet des décisions de remboursement de produits pharmaceutiques. Cette initiative porte le nom de ‘Collaboration BeNeLuxA’ et porte sur l’Horizon scanning, l’évaluation des technologies de santé (Health Technology Assessment) et l’échange d’informations sur les décisions de remboursement des produits pharmaceutiques.  

Autres liens
PERSONNE DE CONTACT
Karin Rondia
Responsable communication KCE
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL