En trois chiffres : la reconstruction du sein après cancer

Pour les besoins de la recherche sur la reconstruction du sein après cancer, le KCE a analysé les données hospitalières (2008-2011) relatives à ces interventions.

De l’impressionnante masse de chiffres brassée, nous pouvons en épingler trois :

  • 1 femme sur 7 fait le choix d’une reconstruction post-mastectomie (totale ou partielle)

Ce chiffre porte sur les années 2008-2011 et montre une tendance à la hausse. En 2015, nous sommes probablement plus près de 1 femme sur 5.

  • 1/3 des reconstructions sont immédiates (ou dans la semaine qui suit l’intervention) et 2/3 sont différées (la majorité se faisant entre 3 mois et 2 ans après l’intervention).

Pour une bonne partie des femmes, la reconstruction n’est envisagée que lorsque la maladie est sous contrôle.

  • 50% des reconstructions se font par prothèse mammaire et 50% par reconstruction autologue (lambeau) dont 32% de DIEP (Deep Inferior Epigastric Perforator)

Parmi les reconstructions par lambeau, le DIEP est de loin la technique la plus souvent pratiquée. Cette technique par lambeau libre a été mise au point et propagée par une équipe universitaire belge, ce qui explique qu’elle est plus souvent pratiquée dans notre pays que chez nos voisins. 

Technique de DIEP

diep_0

Reconstruction du sein après un cancer : quels honoraires seraient raisonnables ? Pour voir la vidéo et le rapport, cliquez ici

 

PERSONNE DE CONTACT
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL
Published on: 
2019/03/05