Donner un plus grand essor à la chirurgie de jour ?

CP282

Arthroscopies du genou, ablation des amygdales, opération de la cataracte,… la chirurgie de jour a connu ces dernières années un essor considérable. Mais pour certaines opérations seulement. Ainsi par exemple, au Danemark, l’ablation de la vésicule biliaire se fait dans 50% des cas en chirurgie de jour, contre 6% chez nous. 

La chirurgie de jour est une approche sûre quand l’indication est bien posée et que l’intervention est soigneusement préparée. Pour le patient, elle est souvent aussi plus confortable, … à condition de pouvoir compter sur son médecin généraliste, son équipe de soins à domicile et ses proches pour les soins postopératoires, et notamment pour le contrôle de la douleur. Il est essentiel que le trajet du patient en chirurgie de jour soit bien préparé, depuis la consultation préopératoire, où une information détaillée doit lui être proposée, jusqu’à l’organisation de sa sortie, de sa surveillance post-opératoire et de la coordination avec la première ligne. 

Outre les problèmes d'organisation et de logistique, le principal obstacle à l’expansion de cette forme de prise en charge est financier : le système actuel, complexe et incohérent, n’incite guère les hôpitaux à augmenter leur part d’interventions de jour. Le KCE recommande de simplifier et de clarifier ce système. Il précise également que, pour être performants, les centres chirurgicaux de jour doivent pouvoir fonctionner de façon plus autonome au sein de l’hôpital, c’est-à-dire qu’ils doivent disposer de leurs propres salles d’opération et de réveil, et d’un personnel spécifiquement formé. Ceci permettra non seulement des soins de meilleure qualité (p.ex. meilleure gestion de la douleur, meilleures instructions au patient pour sa sortie) mais aussi une plus grande capacité d’accueil.

Lire la synthèse du rapport 

Personne de contact
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL
Published on: 
2018/11/14