Les nouvelles technologies dans le traitement du mal de dos : un monde en mouvement

  • Octobre 16, 2006

Le traitement du mal de dos chronique reste un défi majeur pour la médecine et la société. L’arthrose (usure des vertèbres), l’hernie discale et le tassement des vertèbres constituent des causes importantes de lombalgie. La majorité des patients peuvent être soignés de manière adéquate, grâce entre autres aux anti-douleurs. À​ la demande de l’INAMI, le KCE a investigué quelques technologies innovantes, à savoir la prothèse discale dans le traitement du mal de dos résultant d’une usure ou d’une hernie, la vertébro/cyphoplastie par ballonnet dans le traitement du mal de dos suite au tassement de vertèbres.

La vertébroplastie consiste à injecter un ciment osseux dans une vertèbre tassée généralement par l’ostéoporose. Lors d’une cyphoplastie par ballonnet, variante de la première technique, le ciment est injecté dans une cavité préalablement aménagée par le gonflement d’un ballonnet. Les éléments confirmant l’efficacité de la vertébroplastie sont insuffisants et la possibilité de complications telles que les fuites du ciment injecté reste préoccupante.

Des études scientifiques (de qualité moyenne) démontrent les avantages de la cyphoplastie par ballonnet sur le traitement non chirurgical. Elle améliore la qualité de vie en réduisant la douleur et en redonnant plus de mobilité, tout au moins la première année. En outre, la cyphoplastie par ballonnet semble être relativement sûre. Il est néanmoins important de savoir que les effets à long terme, au-delà de la première année, restent pour l’instant incertains. Le budget de remboursement du matériel et de l’honoraire médical est estimé à 2,8 millions d’euros.

La pose d’une prothèse discale totale consiste à remplacer le disque intervertébral par un disque artificiel, par exemple suite à une hernie. Cette technique, qui est utilisée depuis les années ’80, a connu ces dernières années une nette expansion, y compris en Belgique. Le KCE n’a pas trouvé de preuves suffisantes quant a son efficacité. En outre, les complications sont préoccupantes et les effets à long terme encore incertains. C’est pourquoi le KCE recommande de pratiquer une telle intervention qu’auprès de patients soigneusement sélectionnés, dans le cade d’études cliniques rigoureusement contrôlées avec un suivi à long terme.

Plusieurs études portant sur ces interventions sur les vertèbres sont actuellement en cours. Une histoire à suivre...

AUTRES LIENS
Personne de contact
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL