Du nouveau du côté du traitement du cancer du pancréas et de l’ovaire

R285Le KCE a publié le mois dernier une remise à jour du guide de pratique clinique sur le diagnostic et le traitement du cancer du pancréas, ainsi qu’une évaluation du bevacizumab (Avastin®) dans le cancer de l’ovaire.

Pancréas

Le guide sur le diagnostic et le traitement du cancer du pancréas n’est pas un guideline complet mais une remise à jour de trois questions jugées cruciales par les spécialistes.

1/ Quels examens privilégier pour le diagnostic du cancer du pancréas ? Pour établir la malignité d’une tumeur, le meilleur examen est la tomodensitométrie (CT-scan), de préférence à l’échographie, à l’IRM, au PET-scan ou aux marqueurs sanguins.
Par ailleurs, si le chirurgien estime que la tumeur est opérable, il est recommandé d’effectuer d’abord une laparoscopie exploratoire afin d’éviter une intervention chirurgicale lourde si des métastases sont détectées au niveau du foie ou du péritoine.

2/ Est-il souhaitable d’administrer un traitement néo-adjuvant  (chimiothérapie, radiothérapie ou chimio-radiothérapie) en préalable à l’intervention ? La réponse est non lorsque la tumeur est opérable. Dans certains cas où l’opérabilité est incertaine (tumeurs borderline), une chimiothérapie pourrait faire régresser une tumeur vers un stade opérable.

3/ Quelle est la stratégie thérapeutique optimale chez les patients présentant une récidive ou des métastases ? Dans ces cas, le traitement repose uniquement sur une chimiothérapie ; il est inutile d’infliger une ré-intervention au patient. Le choix du produit à utiliser pour la chimiothérapie dépend de l’état général du patient, la priorité devant aller au confort de vie.

Les chercheurs du KCE rappellent également qu’ils convient toujours de privilégier une approche pluridisciplinaire et d’accorder une grande attention aux préférences du patient dans le choix de son traitement.

Télécharger le guide de pratique clinique

Ovaire : coût-efficacité du bevacizumab dans le cancer de l’ovaire

Dans le cancer de l’ovaire, le Bevacizumab (Avastin®) est utilisé en combinaison avec la chimiothérapie en 1re ou en 2e lignes. L’évaluation du KCE (sécurité, efficacité et rapport coût-efficacité) montre que ce médicament permet de garder la tumeur plus longtemps sous contrôle, mais qu’il diminue la qualité de vie globale des patientes (en 1re ligne), du moins temporairement. Il n’y a aucune preuve que ce médicament exerce un effet significatif sur la survie totale, sauf en 1re ligne chez les patientes dont le cancer est métastasé en dehors de la cavité abdominale. Le KCE recommande de tenir compte de ce constat dans les décisions relatives à (la continuation du) remboursement du bevacizumab, qui fait actuellement l’objet d’une convention temporaire de remboursement (article 81) dans le cadre précis du cancer de l’ovaire. (en savoir plus)

Télécharger le rapport complet

Personne de contact
Karin Rondia (FR)
+32 (0)2 287 33 48
+32 (0)475 769 766
RAPPORT ANNUEL
Published on: 
2018/11/19