FOCUS sur les maladies cardiovasculaires

Focus3

Cette page vous permet de trouver en quelques clics l’ensemble des travaux du KCE relatifs aux maladies cardiovasculaires. Nous les avons regroupés en quatre catégories : la prévention, le diagnostic, le traitement et l’organisation des soins.


PRÉVENTION

Les maladies cardiovasculaires demeurent la cause la plus importante de mortalité dans notre population, puisque qu’elles concernent un tiers des décès. Approximativement 10% de ces décès surviennent avant l’âge de 50 ans et 23% avant l’âge de 75 ans. Si l’on veut réduire ces décès prématurés, il est crucial de mettre en place une prévention primaire (qui vise à éviter les accidents chez les personnes encore bonne santé). Les facteurs de risque sont bien connus : âge, sexe, tabagisme, pression artérielle, taux de cholestérol,... Il existe des modèles de prédiction du risque qui permettent de calculer le risque absolu de décès par maladie cardiovasculaire pendant les 10 années à venir et donc de mieux cibler les personnes chez qui il faut mettre en place des mesures de prévention. Mais pas n’importe lesquelles…

Un rapport du KCE qui a fait date établissait déjà en 2010 qu’un Belge sur 5 de plus de 35 ans se voit prescrire des statines pour faire baisser un taux de cholestérol trop élevé, alors qu’il n’a (encore) jamais eu de problème cardiovasculaire. Cette « prévention » coûte annuellement à l’assurance-maladie plus de 215 millions € mais, n’en déplaise aux firmes pharmaceutiques, il n’existe aucune preuve qu’elle est efficace. Un changement de style de vie, comme arrêter de fumer, pratiquer plus d’exercice physique et s’alimenter sainement, sont les seules mesures qui ont fait la preuve qu’elles pouvaient diminuer le risque cardiovasculaire.

Dans un tout autre registre, celui de la prévention de la mort subite chez les jeunes sportifs, le KCE se prononce contre l’obligation de pratiquer un examen cardiaque de dépistage avant l’inscription dans un club de sport ou une compétition, parce qu’aucun examen ne permet de détecter ce risque avec suffisamment de précision.

DIAGNOSTIC

En cas d’infarctus du myocarde, il n’est pas toujours aisé de poser un diagnostic car les symptômes sont parfois très peu évocateurs. Or il faut agir vite si l’on veut éviter les complications. Il est donc important de disposer d’examens permettant d’augmenter la certitude du diagnostic. Encore faut-il qu’ils soient suffisamment précis et qu’ils n’exposent pas le patient à des risques inconsidérés.

TRAITEMENT

La cardiologie est un domaine où les innovations technologiques arrivent sur le marché à un rythme soutenu. On ne peut que s’en réjouir. Toutefois, il est indispensable de poser sur ces nouvelles techniques un regard critique pour s’assurer qu’elles apportent une réelle valeur ajoutée pour le prix – généralement élevé – qui en est demandé. C’est donc un domaine où le KCE a mené, depuis ses débuts, de nombreuses études de Health Technology Assessment (HTA) ainsi que quelques recommandations de bonnes pratiques (GCP). Nous vous les présentons ici par ordre chronologique décroissant. 

ORGANISATION DES SOINS

La manière dont les soins sont répartis sur le territoire du pays ou l’établissement de normes de qualité sont des exemples de thèmes traités par le KCE afin de permettre à chacun d’avoir accès aux meilleurs soins quel que soit l’endroit où qu’ils habitent.

Published on: 
2017/11/21