FOCUS sur la Médecine préventive

Focus_M_PCette page vous permet de trouver en quelques clics l’ensemble des travaux du KCE relatifs à la médecine préventive. La première partie est consacrée aux dépistages, notamment les différents dépistages du cancer et les dépistages en matière de risque cardiovasculaire. La deuxième partie porte sur les vaccinations.

Et enfin la troisième partie présente différentes mesures préventives en lien avec la médecine générale.


Dépistage du cancer

PROSTATE

Il est désormais établi que le dépistage systématique du cancer de la prostate par dosage du PSA n’est pas recommandé. Néanmoins, nombreux sont les patients qui en font encore la demande. Le KCE a développé une brochure pour venir en aide au médecin généraliste lors d’une consultation sur ce sujet. Ce document fournit des éléments d’information et des chiffres validés pour que les médecins puissent aider leurs patients à poser leur choix de façon mieux informée. Ce document a été envoyé à tous les médecins généralistes avec l’aide de la SSMG.

Des fiches simplifiées à donner au patient sont également téléchargeables.

NB voir aussi la page FOCUS entièrement consacrée au cancer de la prostate

SEIN

1. Le KCE a élaboré un ensemble de messages neutres à l’intention des femmes ayant un risque « normal ». Une attention particulière a été apportée à la clarté de ces messages afin de les rendre accessibles à tou(te)s. Ce matériel didactique est destiné à toute personne active dans le domaine, et peut être utilisé avec les femmes concernées ou inséré dans une documentation écrite.

•  Document pour les femmes de 40 à 49 ans
•  Document pour les femmes de 50 à 59 ans
•  Document pour les femmes de 60 à 69 ans
•  Document pour les femmes de 70 à 79 ans

2. En Belgique, le dépistage organisé s’adresse aux femmes entre 50 et 69 ans, ce qui correspond aux recommandations internationales. Le KCE a analysé en détail les raisons pour lesquelles le dépistage est déconseillé en dehors de cette tranche d’âge :

3. Certaines femmes présentent un risque génétique élevé de cancer du sein. Pour ces femmes, il est justifié de prévoir des dépistages plus ciblés ; encore faut-il savoir lesquels.

NB : voir aussi la page FOCUS entièrement consacrée au cancer du sein 

COL DE L’UTÉRUS

Le KCE a réalisé une étude en collaboration avec l’Institut scientifique de Santé Publique et le Registre du Cancer, pour voir dans quelle mesure il serait intéressant, sur un plan médical comme économique, de remplacer le Pap-test par un test de dépistage du virus HPV. 

Dépistage du risque cardiovasculaire

Les cas rares mais dramatiques de jeunes sportifs foudroyés en plein effort par une défaillance cardiaque pourraient-ils être prévenus par un examen de dépistage systématique ? Pour répondre à cette question, le KCE a passé en revue les éléments scientifiques aujourd’hui disponibles à ce sujet.

Que faut-il penser des nombreux biomarqueurs proposés aujourd’hui pour prédire le risque cardiovasculaire ?  Deux études du KCE ont analysé le rapport coût-bénéfice de quelques-uns de ces marqueurs, mais sans parvenir à trouver des preuves suffisantes démontrant leur intérêt clinique. Il semble plus judicieux de continuer à développer le modèle de risque classique (SCORE), en y intégrant de nouveaux paramètres comme les antécédents familiaux, la sédentarité ou la consommation exacte de tabac.

Vaccinations

Le KCE a analysé les groupes cibles pour la vaccination contre la grippe saisonnière dans deux études :

Plusieurs autres types de vaccins ont fait l’objet d’analyses coût-efficacité :

Autres mesures préventives

Published on: 
2018/10/26